Rechercher
  • Sophie Perdrix

Les raisons pour verdir sa carrière: Pour changer d'air? Pour changer d'ère!



Envisager une réorientation professionnelle à 40 ans?

En 2021, cela ne surprend plus personne.


S'orienter dans un environnement complexe

En effet, les conditions dans lesquelles les trajectoires professionnelles contemporaines évoluent sont toujours plus incertaines. On observe une perte des repères et une complexification toujours grandissante. La recherche en psychologie de l'orientation décrit comment les transformations structurelles du marché du travail impactent fortement les parcours professionnels. Les carrières se complexifient; il n'y a plus un seul moment de choix d'orientation en début de vie professionnelle mais une multitude de changements, interruptions, transitions, choisies ou non, dans une vie professionnelle. Chômage, licenciement, réorientation, nos vies sont davantage entrecoupées et marquées par différents moments de ruptures. Par conséquent, les travailleurs et travailleuses doivent dorénavant penser en termes d'employabilité, d'adaptabilité et de transférabilité de leurs compétences. Mondialisation, bouleversements technologiques rapides, compétitivité accrue et j'en passe, sont en sommes les corollaires d'un système de pensée et d'un système économique, bref d'un paradigme, qui soumet les individus à de nouvelles pressions.


Changer de métier à 40 ans: transition professionnelle - transition écologique et sociale

Récemment la RTS a diffusé un reportage sur la reconversion professionnelle de 4 personnes en Suisse romande: "Demain, je change de métier". Un reportage touchant qui illustre bien les motivations et les difficultés à se réorienter à l'adulte. "Quatre Suisses Romands, qui se sont lancés dans une reconversion professionnelle à l’approche de la quarantaine. Ouvrier d’usine, mère au foyer, cuisinière, cadre, ils sont en train de changer totalement de domaine. Face à la peur de la nouveauté, de la précarité et des examens, ils s’accrochent." Les journalistes ont suivi leur reconversion, une étape de vie de plus en plus courante dans un monde en mutation. Difficultés financières, familiales ou encore de santé sont des réalités qui y sont thématisées. Mais on y voit aussi la grande détermination de ces 4 romands à dépasser ces aléas et tracer ce chemin. Le reportage illustre également certaines connaissances venant de la recherche sur les reconversions professionnelles. Notamment que les implications ne sont pas les mêmes si la reconversion est choisie ou non, par exemple en cas de maladie ou de disparition de son métier. Ou encore qu'elles impliquent un niveau de remaniement en terme d'identité professionnelle qui peuvent fluctuer. Changer de poste à l'interne de son entreprise n'équivaut pas à changer de secteur professionnel en termes de définition de soi.


Un point a particulièrement attiré mon attention de psychologue des transitions professionnelles dans un monde en transition écologique et sociale. Les trois reconversions choisies présentées dans ce reportage comportent une dimension écologique et/ou sociale dans la nature du projet professionnel de reconversion. Emmanuel, ancien cadre bancaire, réutilise ses compétences transversales et s'épanouit dans son projet d'ouverture de son restaurant écoresponsable. Mélodie, fleuriste de formation et mère au foyer, décide de réaliser son rêve et devient aspirante ambulancière. Filipe lui, suite à un burnout, sort clairement de toute zone de confort en passant de la polymécanique à une activité éco-entrepreneuriale. Hasard du reportage ou représentatif d’une tendance?


Les chemins de la crise du sens vers la crise écologique. Et l'inverse.

Selon mes observations, la tendance de la volonté de retrouver du sens dans son parcours professionnel en allant vers des voies où le contact social est plus prégnant n'est pas une nouveauté. Les professionnels de l'orientation rencontrent depuis longtemps des personnes de tout horizon professionnel voulant se réorienter "dans le social", même si parfois le projet peut être peu adapté ou peu cohérent avec leur parcours, personnalité ou compétences. Ces dernières années, cette tendance prend de l'ampleur. Au-delà d'être de la volonté d'être plus utile à autrui, on assiste à une crise des valeurs et du sens. En effet, les différents bouleversements structurels cités plus haut mènent un nombre croissant de personnes à se questionner sur la finalité et l'utilité de leur activité professionnelle. Ainsi, on peux supposer que les projets de reconversion présentés dans le reportage illustrent une tendance d'une nouvelle génération. Celle de travailleurs.euses de différents niveaux socioprofessionnels qui tente de répondre, par des ajustements professionnels, au manque de sens, à savoir d'épanouissement et de finalité sur le marché du travail.


Mais pourquoi les emplois actuels sont-ils si peu épanouissants et peu vecteurs de sens?

Bien-sûr le marché du travail se déstructure, des métiers disparaissent à cause des nouvelles technologies et l'augmentation des exigences de formation laisse un tas de personnes sur le côté de la route de l'insertion. Mais à mon avis, au-delà de cela, les travailleuses et travailleurs évoluent dans un monde où les informations paradoxales croissent. D'un côté, ils entendent depuis quelques décennies que nos modes de production et de consommation ne sont pas durables et nous mènent à la catastrophe. Et de l'autre, ils travaillent chaque jour dans des entreprises qui n'ont pas pris la mesure des changements nécessaires et qui continuent à produire et cherchent à faire consommer comme si la durabilité n'était pas une priorité. Cela donne de bonnes raisons de se sentir en perte de sens... et/ou de donner envie de se réorienter!


Mobiliser et transformer les conscience pour la durabilité du marché du travail

Et si la crise des valeurs et de l'identité professionnelle était une répercussion ou une réponse individuelle de la crise écologique globale? A mon avis, les parcours de reconversions vers des activités écologiques et sociales témoignent de lucidité et de courage car ils répondent à un vrai problème collectif, celui de la non durabilité du marché du travail.

La bonne nouvelle? :) Tout est à construire aujourd'hui pour transformer nos modes de production et de consommation vers un paradigme soutenable. Face à l'urgence écologique et l'individualisme ambiant, il n'y a pas de fatalité. Chacun.e peut agir au niveau de sa carrière ou dans une sphère de sa vie et choisir de s'engager pour une logique du bien commun. Il n'est pas nécessaire pour chacun.e d'acheter une ferme et de se lancer dans la permaculture intensive. Oser affronter les faits (peut-être douloureux) et choisir sa forme d'engagement pour le monde, que ce soit en changeant de métier, en verdissant son poste, en testant un mode de vie sobre en carbone ou en lançant une initiative dans son quartier. Le chantier est immense certes mais les possibilités sont vastes pour chacun.e pour recréer du lien et du sens au travers de projets qui soutiennent et/ou restaurent de bonnes conditions pour vivre durablement.


Finalement, sur la questions du sens, comme l'affirme Nicolas Hulot dans son dernier ouvrage co-écrit avec Frédéric Lenoir : "C'est le sens partagé qui nous redonnera l'unité tant recherchée. (...) Un monde qui serait l'addition de parcours solitaires, sans liens solidaires, serait dénué de sens." Dans cet ouvrage, les deux auteurs échangent longuement sur la nécessaire révolution des consciences. Pourquoi ne pas utiliser le questionnement des travailleurs.euses sur "le sens comme opérateur de conscience, permettant de faire le tri entre le possible et l'impossible, l'utile et le futile, l'essentiel et l'accessoire, le réel et le virtuel?"


En sommes, le sens sans conscience n'est que peu durable.

Donner du sens à sa carrière pour changer d'ère!

Pour aller plus loin

Une reportage de la RTS dans l'émission "Temps présent" du 5 novembre 2020:

"Demain, je change de métier"







Sur les transitions professionnelles:

Masdonati, J., Franz, S. & Abessolo, M. (2020). Comprendre et accompagner les reconvertions professionnelles. In J. Masdonati, K. Massoudi, & J. Rossier (Eds.). Repères pour l’orientation. Lausanne: Antipodes.


Sur le sens au travail :

Massoudi, K. & Toscanelli, C. (2020, 13 janvier). A la recherche du sens au travail. HR Today https://www.hrtoday.ch/fr/article/a-la-recherche-du-sens-au-travail



Sur les nécessaires transformations structurelles et intérieures vers la durabilité :

Hulot, N. & Lenoir, F. (2020). D’un monde à l’autre : le temps des consciences. Fayard.